Deux peintre, deux œuvres d'art

Le troupeau de cochons de Paul Gauguin

La cuisine de Carl Larsson


Le troupeau de cochons de Paul Gauguin

Biographie

 


(cliquez sur l'image)

Cette peinture à l'huile a été réalisée par Gauguin alors qu'il séjournait à Pont-Aven, dans le sud Finistère, en France. Ce tableau date du 19ème siècle. Cette peinture représente une scène de la vie campagnarde. Un berger garde des cochons au premier plan. Il porte un béret marron sur la tête, une vareuse bleue, un large pantalon marron et des sabots de bois. Dans le coin droit du tableau se trouvent deux cochons, qui de leur groin cherchent de la nourriture.

Au milieu du tableau, un village breton avec la flèche de son clocher et ses maisons recouvertes d'ardoises gris-bleu est niché dans un buisson touffu et très coloré: jaune, rouge, vert. À l'arrière plan, des collines arrondies complètent ce paysage paisible et bucolique. Le ciel, au-dessus des collines est bleu pâle, parsemé de nuages jaunâtres.

 

Les couleurs dominantes sont le jaune, le vert, et l'ocre. Ces couleurs sont exagérées. Gauguin a certainement voulu attirer le regard sur le tableau, particulièrement en peignant les cochons en jaune. Le berger n'est pas peint d'une façon très précise mais il porte la main au menton comme s'il réfléchissait intensément.

Par rapport à l'aquarelle de Carl Larsson qui est minutieusement peinte, Gauguin travaille plus dans le flou. Peut-être veut-il donner des impressions à celui qui regarde son tableau: impression de douceur, de paix, de sérénité, et on peut presque sentir une légère brise du sud caresser notre joue. Gauguin laisse à celui ou celle qui regarde la liberté de ses impressions.

Notre opinion

Malgré les couleurs exagérées, on a l'impression que le peintre a posé son chevalet devant un tel paysage mais qu'il l'a interprété. Gauguin a réussi un subtil mélange de couleurs sombres et lumineuses. On a l'impression que Gauguin a regardé le paysage et a changé tous les détails et couleurs qui ne lui plaisaient pas. Les couleurs sont étonnantes pour la Bretagne et trop "tape à l'œil." Gauguin a peut-être plaqué sur la Bretagne les couleurs de Tahiti où il a séjourné.

Retour en haut.


La cuisine de Carl Larsson

Biographie


(cliquez sur l'image)

Ce document ressemble à une illustration d'un livre pour enfants. En fait, c'est une aquarelle peinte (vers1890) par Carl Larsson. Il a appris la technique de l'aquarelle dans un village près de Paris: Grez.

Le regard est tout de suite attiré par les deux petites filles qui se trouvent au premier plan et au centre du tableau. Elles sont dans une cuisine et elles font du beurre dans une baratte en hauteur. Les deux petites filles sont deux sœurs. La grande s'appelle Suzanne et la petite s'appelle Kerski. Ces deux filles sont les enfants du peintre qui en a eu sept.

 

La petite Kerski porte des chaussures de cuir marron, des chaussettes rouges, et une jolie robe de petite fille. Sur la tête, elle porte un béguin vert avec deux petits rubans blancs; ses longs cheveux blonds et bouclés s'échappent du béguin. On la voit de profil, elle semble fort occupée par ce que fait sa sœur.

Suzanne, la plus grande des filles, porte des chaussures bien cirées et des bas noirs. Elle porte un chemisier rouge à manches bouffantes, une jupe noire sous un tablier bleuté, une belle tresse de cheveux lui tombant sur le dos. Elle paraît très absorbée par son travail et bien qu'elle soit de profil, son visage nous semble serein.

La scène se passe dans une cuisine suédoise. Au premier plan, à gauche on peut remarquer une chaise de bois rouge éclatant.

Plus loin à l'arrière plan, du même côté, on aperçoit l'angle d'un meuble de rangements avec de nombreux tiroirs. Au-dessous une étagère sur laquelle sont posés des ustensiles de cuisine en céramique blanche: un pichet, un pot, une soupière et une assiette où rassit une côte de porc. Le mur est lambrissé et deux autres étagères agrémentent le coin gauche de la cuisine et un tonneau vert est posé sur des pieds à même le sol... C'est peut-être un tonneau qui alimente en eau la cuisine, dans ce cas la petite coupelle à côté de ce tonneau servirait à désaltérer le petit chat de la maison.

Une fenêtre à deux panneaux vert tendre, dont l'un est ouvert et laisse passer une brise rafraîchissante, est située à l'arrière plan central du tableau. Un rideau en voile léger flotte dans l'air au-dessus de la fenêtre. Juste au-dessous de la fenêtre, une table simple et pratique supporte le poids d'une bassine en acier gris argenté et de la vaisselle fraîchement lavée sèche à l'air. Une plante verte décore l'encadrement de la fenêtre. Un bac à légumes, vert pâle, occupe le coin droit de la cuisine. Des légumes frais du jardin sont posés sur le couvercle: carottes, salades...

Enfin à droite, presque au premier plan, on remarque une cuisinière de fonte peinte, sculptée, où mijote le prochain repas de la famille. Un petit chat blanc comme neige recherche la chaleur et semble regarder quelque chose qui l'intrigue.

Cette aquarelle représente une scène de la vie quotidienne. Une harmonie certaine se dégage de ce tableau. Le peintre a utilisé des couleurs douces, reposantes, naturelles pour illustrer une réalité idéalisée.

Beaucoup de lignes droites sont adoucies par les lignes courbes des instruments de cuisine et du rideau. Il se dégage une atmosphère paisible, sereine.

Notre opinion

Cette aquarelle représente une scène de la vie quotidienne. Il émerge une certaine harmonie du dessin. Le peintre a utilisé des couleurs naturelles, rafraîchissantes et douces afin de représenter une réalité idéalisée. Beaucoup de lignes droites sont adoucies par les formes arrondies des ustensiles de cuisine ainsi que des rideaux. Une atmosphère de calme et de quiétude ressort du dessin.

En regardant cette aquarelle, on a l'impression qu'on entre dans le tableau et que l'on sent sur le visage une douce brise légère.

Tout paraît en ordre dans le tableau et la famille qui vit dans cette cuisine semble heureuse.

Le dessin est construit autour des deux petites filles dont l'aînée s'occupe de sa cadette tout en faisant du beurre. L'ordre qui règne dans la cuisine renforce le sentiment d'une vie calme. La lumière dans la pièce est synonyme de bonheur - il n'y a pas beaucoup de couleurs sombres.

La sobriété et la simplicité de cette scène de la vie quotidienne nous réchauffe le cœur. En dépit du fait que cette aquarelle fut peinte à la fin du XIXème siècle et que beaucoup des objets et des vêtements sont démodés, nous pouvons très bien nous transporter dans une telle scène. Le peintre était intéressé par les détails, et il a représenté chaque objet avec une grande minutie car ils lui étaient précieux, et ses enfants sont au centre de tout cela.

En fait, nous pouvons imaginer nous retrouver dans une image d'Épinal représentant des scènes traditionnelles de la vie suédoise et il est très surprenant de voir ces deux petites filles travailler si conciencieusement.

Et si cette scène n'était qu'un rêve?

Retour en haut.