La Bretagne

La langue bretonne

L'habillement en Bretagne

La gastronomie bretonne

Les fêtes bretonnes

Menhirs et dolmens

Les korrigans

Les druides

Le pays des légendes

Les instruments de musique en Bretagne


La langue bretonne

Le Breton est une langue celtique parlée dans la partie occidentale de la Bretagne (à partir de Saint Brieuc au Nord et de Vannes au Sud). Les parlers La Bretagne se partagent en deux parties pour les langues: Le parler Breton en basse Bretagne et le parler Gallo en haute Bretagne.

Exemples de quelques mots Bretons:

  • mor: mer,
  • ker: maison, village,
  • hent: route,
  • bugel: enfant,
  • skol: école,
  • daol: table,
  • kenavo: au revoir,
  • mad eo: c'est bien,
  • bag: bateau,
  • mam: maman

Retour en haut.


L'habillement en Bretagne

Les costumes traditionnels

Les costumes se diversifient de plus en plus au 19ème siècle, leur diversité est suggérée par le dicton "Kant bro, kant giz" ce qui veut dire "cent pays, cent modes." Chaque costume breton a des particularités comme les couleurs, les broderies, les formes, la coiffure. Cela permet de donner des indications sur l'origine du vêtement.

(cliquez sur l'image)

 

Les vêtements marins

La pluie, le vent et les embruns n'épargnent pas la Bretagne. La tradition vestimentaire bretonne tient compte des conditions climatiques hivernales les plus rudes. Résistance, chaleur, confort sont ses caractéristiques essentielles.

Le ciré breton classique

Les cirés et les suroîts sont des vêtements marins.

Le ciré classique, jaune et solide, se vend désormais partout. Le suroît est un chapeau ciré avec un large bord vers l'arrière. Cette tradition a été conservée dans le sud Finistère. C'est un joli souvenir de Bretagne.

La vareuse et le pull marin:

Depuis les années 1960, le modèle du pull a évolué. Il est chaud et fermé sur l'épaule par des boutons, il est assez long et près du corps. La vareuse est un autre vêtement marin breton. C'est un coupe-vent dont le col est long.

Le pull marin

Retour en haut.


La gastronomie bretonne

Les recettes salées

La galette de blé noir

  • Les tartelettes aux sardines,
  • Les galettes de blé noir se mangent avec du jambon, du fromage râpé...
  • Le choux-fleur et l'artichaut,
  • L'andouille et le cochon,
  • Le tout accompagné de cidre, de chouchen, de bière...

Le Kig Ha Farz, à base de choux, de far noir...

Les recettes sucrées

La fameuse crêpe

  • Le "kouign-amann" est un gâteau sucré,
  • Le "farz" est également sucré,
  • Les crêpes qui sont délicieuses!
  • Les origines de la crêpe dentelle remontent à 1886 quand une certaine Madame Katel mit au point une pâte à crêpe pour créer un biscuit très fin. La crêpe dentelle fut emportée par les bourgeois de Quimper sur les tables de tous les grands de ce monde.

Le Kouign-amann

Le cidre

Le cidre

Le ramassage des pommes est la première étape. Ensuite les pommes sont stockées dans des sacs en toiles. Elles doivent être utilisées a bonne maturité. Le tri des pommes est important.

Il est nécessaire de mélanger différentes variétés de pommes. Ce mélange conditionnera le caractère du cidre.

En fait on assemble trois grands types de pommes. Les variétés douces, les douces amères et les acidulées. Le cidre accompagne avec bonheur les crèpes salées et sucrées ("miam, miam!").

Le chouchenn

Conclusion

Aujourd'hui, percevoir la "gastronomie bretonne" demande une certaine attention. Des fêtes offrent quelques fois des repas à l'ancienne, "koan-vraz" (grand dîner), où l'on retrouve un peu l'opulence de bouche liée aux mariage ou aux grandes journées de travail.

Retour en haut.


Les fêtes bretonnes

Les fêtes populaires

Les Fest-Noz - fêtes populaires ponctuant la vie des villages - s'enracinent aussi directement dans les origines religieuses.

Les fêtes deviennent beaucoup plus païennes. On délaisse les prières pour les dieux chouchen et hydromel, bien souvent jusqu'à l'aube. Place à la danse et à la musique, au son du biniou qu'accompagne la guitare électrique.

À l'origine, les danses bretonnes joignaient l'utile à l'agréable en tassant la terre battue des maisons sous les sabots des danseur.

Après l'euphorie culturelle bretonne des années 1970, puis un passage à vide, ces fêtes populaires et conviviales attirent à nouveau de plus en plus de jeunes, près à se tenir par le petit doigt pour danser en chaîne la gavotte et l'an dro.

.

Les spectacles et les concerts

Des musiciens et chanteurs Bretons se produisent également en concert tels Alan Stivell, Glenmor, Gilles Servat, les Tri Yann. De jeunes musiciens font des mélanges de musiques comme Merzhin (rock celtique), Angel Ik (musique bretonne & techno).

Pochette de CD du groupe Merzhin

Certaines fêtes sont organisées spécialement pour les touristes, en particulier l'été sur la côte. C'est un mélange de toutes les cultures bretonnes.

Retour en haut.


Menhirs et dolmens

Introduction

Les menhirs (pierre longue en breton) et les dolmens (table de pierre) appartiennent à une civilisation mal connue: la civilisation mégalithique, qui se serait développée vers 2500 avant J.C.

Les menhirs sont d'énormes pierre levées pouvant atteindre 7m de haut et peser 350 tonnes. Carnac est célèbre pour ses alignements de près de 3000 menhirs.

Les dolmens sont des dalles horizontales supportées par des pierres.

Quelques exemples

L'allée couverte de Commana

Retour en haut.


Les korrigans

(cliquez sur l'image)

Ce sont des petits lutins. Très sauvages, ils jouent des tours. Ce sont des sortes de petits monstres. Ils habitent dans la nature. Ils peuvent être des amis ou des ennemis. Ils se retrouvent la nuit sur la lande pour danser. Ils y a plusieurs sortes de korrigans: ceux des bois, ceux des marécages, ceux des mines ou ceux des maisons. Ils se cachent partout.

(Cliquez sur l'image)

Retour en haut.


Les druides

Dans la culture celtique les druides étaient l'équivalent de nos prêtres d'aujourd'hui mais ils pouvaient également être des musiciens (bardes), des poètes et des devins. Ils étaient en charge de l'enseignement de la philosophie et de la religion centrée sur l'immortalité. À l'origine, les gaulois étaient enterrés avec leurs objets familiers parce qu'il en avaient besoin pour vivre dans l'autre monde. Aujourd'hui, vêtus de blanc, ils pratiquent divers rites dont un seul nous est connu, la cueillette du gui. Peu nombreux, ils bénéficient d'un prestige immense. Ils ont une assemblée annuelle dans la forêt des Carnutes située à côté de Chartres et d'Orléans.

Retour en haut.


Le pays des légendes

Pointant son nez dans l'océan, voici la plus maritime des régions françaises. Pays des légendes et des fées, des corsaires et des naufrages, aux paysages contrastés, toujours fière des ses traditions et de son patrimoine, la Bretagne est aussi une région tournée vers le XXIème siècle.

La Bretagne est un pays rude où les hommes ont dû affronter les éléments déchaînés. La mer est si dangereuse qu'elle a fait naître de nombreuses légendes et dictons: les génies maléfiques, les sirènes égarant les marins et provoquant des naufrages. Le passage de la Grande-Peur, la Baie des Trépassés, l'enfer de Plogoff sont autant de noms de lieu révélateurs de la crainte inspirée par l'océan.

La terre a inspiré, elle aussi, quantité d'histoires: lutins et feux follets danseraient la sarabande autour de dolmens tandis que de bonnes fées auraient élu domicile au creux des fontaines.

La forêt de Brocéliande passe pour abriter Merlin l'Enchanteur, la fée Viviane et les Chevaliers de la Table Ronde.

Le roi Arthur

De toutes les légendes qui hantent la Bretagne, celle des Chevaliers de la Table Ronde est sans doute la plus connue d'entre elles.

C'est au milieu du XIIème siècle que la légende d'Arthur fut transcrite en vers français par un trouvère normand: Robert Wace. Voici ce que son histoire raconte:

La légende rappelle les exploits du prince Arthur qui s'illustre dès que, en son jeune âge, il paraît sur les champs de bataille. Bientôt l'île de la Bretagne ne lui suffit plus. Il n'a de cesse de soumettre l'Irlande, puis il porte le combat au Danemark et en Norvège, terres sitôt conquises. Il arrache la France au général romain gouverneur de Paris. Jusqu'en Italie, il conduit une innombrable armée à la victoire. Chemin faisant, il s'attaque aux grands seigneurs du Mal. Il extermine les géants et les monstres.

Ses victoire, il les doit aux vertus guerrières de son épée qui a pour nom "Calibourne" (présent des fées de l'île d'Avalon a leur protégé) et son bouclier, orné d'une image "à la semblance de Madame Sainte Marie." Le prince devenu roi tient ses cours ordinaires en tel ou tel château préféré de sa cour plénière, à Carlion qui est situé dans l'actuel Pays de Galles.

Les plus illustres et les plus vaillants d'Europe ne manquent pas de venir rendre hommage au Roi Arthur, suprême monarque de l'Europe. Les pauvres gens l'aiment, les riches l'honorent. Assis autour de la Table Ronde dans les occasions majeures de la cour plénière tous les chevaliers sont égaux quel que soit leur rang et leur titre. Arthur se voit trahi par son bien-aimé neveux Mordred. Sa femme, la reine Guenièvre, lui est ravie. Lui même est blessé mortellement à la bataille de Camlan. Mais l'˙uvre de Wace ne se termine pas sur les déplorations de cette mort. Plutôt sur la certitude d'une résurrection: sous une terre sacrée de l'île d'Avalon, veillé par les fées, Arthur dort dans un sommeil qui n'est que le prologue d'une nouvelle, héroïque et merveilleuse histoire.

Retour en haut.


Les instruments de musique en Bretagne

En Bretagne, on trouve plusieurs instruments de musique: La cornemuse, le violon, la bombarde, la vielle, le trujenn-gaol et le biniou.

Bombarde

Différentes bombardes

Il existe différentes tailles de bombardes:

  • petite: plus la bombarde est petite, plus elle produit des sons aigüs,
  • grande: plus la bombarde est grande, plus elle produit des sons grâves.

Quelques soit sa taille, de toute façon, elle produit un son puissant. La bombarde existe depuis le Moyen-Âge. Cet instrument est aussi utilisé pour la musique d'église et militaire. Elle est particulièrement utilisée avec le biniou par les sonneurs.

 

Biniou

le biniou est une sorte de cornemuse.

 

Violon

le violon est un instrument à cordes frottées par un archet. La table (dessus) est en sapin, et elle a deux ouvertures en forme de ╔ (les ouies) qui permettent au son de sortir de la caisse. Le fond et les côtés (éclisses) sont en érable, comme le manche terminé par une volute. La touche, sur laquelle le violoniste appuie la corde plus au moins loin de la volute selon le son qu'il veut obtenir, est en bois d'ébène comme le cordier et les chevilles où sont attachées les cordes. Les quatre cordes, en boyau et en métal, sont relevées par une petite pièce de bois: le chevalet.

 

Trujenn-gaol

Le trujenn-gaol est une sorte de clarinette.

Vielle

la vielle est un instrument à cordes frottées. C'est une roue enduite de colophane, actionnée par une manivelle qui frotte les cordes. Il y a six cordes:

Le fond de la vielle ressemble à une coque de bateau, mais il y a aussi des vielles à fond plat. Une tête est sculptée à une extrémité de la vielle. Au Moyen-Âge, cette tête était celle du propriétaire, ou celle d'un personnage important.

Retour en haut.