Lecture de l'Oeuvre à travers quelques tableaux

Il paraît évident que Zola s'est inspiré de quelques tableaux réels pour reconstituer les batailles et les recherches de la génération impressionniste. L'objectif est de confronter quelques pages de Zola à quelques tableaux du musée d'Orsay. Commencer la projection par Un atelier aux Batignolles de Fantin-Latour. Zola y est représenté aux côtés entre autres de Manet et de Renoir et l'Atelier de l'artiste de Bazille, toile dans laquelle Zola est présent. Cela confirme les nombreuses amitiés de Zola dans le monde de la peinture ; par ailleurs, Zola a souvent posé pour Manet ou Cézanne. Un excellent commentaire sur les goûts de Zola en peinture, ses activités de critique d'art accompagne le tableau de Fantin Latour.

Continuer la visite virtuelle par Le Déjeuner sur l'herbe de Manet. Confronter le tableau à la description de la grande toile Plein Air de Claude. Le commentaire insiste sur la révolution artistique et le scandale créés par cette toile emblématique d'une nouvelle façon de peindre. L'écho de cette "bataille" autour de Plein Air se retrouve dans les pages de Zola consacrées au Salon des Refusés. Le récit du cédérom d'Orsay fait le point sur l'histoire de la peinture : le Salon officiel, le Salon des Refusés à partir de 1863, les salons impressionnistes à partir de 1874, le Salon des Indépendants, puis les expositions réservées à un seul artiste à la fin de leur vie comme Monet et Cézanne. La modernité de la "nouvelle peinture" apparaît de façon flagrante dans la confrontation de deux tableaux exposés la même année. La Vénus de Cabanel représente la tradition académique et mythologique et obtint un grand succès au salon officiel de 1864. Elle fut acquise par l'empereur Napoléon III. En revanche, L'Olympia de Manet déclencha les quolibets et heurta les partisans de la morale traditionnelle.

Pour illustrer la période de Claude à Bennecourt, des tableaux comme La Pie de Manet ou La Seine à Argenteuil, traduisent la nouvelle vision de la nature des peintres du Plein Air.Un récit accompagnant le tableau de Manet montre l'évolution du traitement du paysage par les peintres de l'école de Barbizon puis les impressionnistes. L'impressionnisme privilégie l'étude de la lumière et de ses reflets dans l'eau. Le tableau de Van Gogh Nuit étoilée sur le Rhône (même s'il est postérieur à la publication de l'Oeuvre) reprend ces jeux de la lumière et de l'eau souvent traités par ses maîtres impressionnistes.

Claude comme la plupart des peintres de cette époque revendique la modernité, les nouveaux sujets inspirés par le chemin de fer comme La Gare Saint Lazare de Monet. Par ailleurs, à l'exemple des écrivains naturalistes, les peintres s'intéressent aux "basses classes", aux gens modestes comme Les Raboteurs de parquet de Caillebotte. Ce qui caractérise cette époque, c'est la constante recherche picturale par exemple autour des variations de la lumière sur le même paysage. Cela nous adonné les séries de Monet sur les "Cathédrales de Rouen". On retrouve les mêmes préoccupations chez Claude dans son observation de l'île de la Cité à différentes périodes de l'année, à différentes heures de la journée.

Le site d'Orsay étant en reconstruction, certains tableaux ne sont pas accessibles actuellement.

Plan de l'étude

Retour accueil lettres