L'Oeuvre : étude tabulaire

 

CHAPITRE LIEUX TEMPS ACTION
I PARIS juillet (1862) Rencontre insolite Claude-Christine
II Plassans analepse : 22ans ; un après-midi de pose le trio : Claude-Sandoz-Dubuche
III Paris (café Guerbois) 1 jeudi La Bande. Première réception chez Sandoz
IV Paris ...>mai (1863) Travail sur Plein air. Idylle Claude-Christine
V Paris 15 mai Le Salon des Refusés. Echec public de Plein air
VI Bennecourt Juin 1863-octobre 1866 Lune de miel - Naissance de Jacques - Ennui
VII Paris (rue de Douai) novembre 1866 Retrouvailles - 2ème réception chez Sandoz
VIII Paris novembre66 - décembre 69 Déchéance-Misère-Mariage avec Christine
IX Paris (rue Tourlaque ; Montmartre) décembre 69 - mars 76 Mort de Jacques - L'Enfant mort au Salon
X Paris Salon de 1876 Claude admis par "charité" au Salon officiel n'obtient aucun succès
XI Paris-Bennecourt novembre 1876 Pélerinage à Bennecourt - 3ème jeudi chez Sandoz - La débandade
XII Paris novembre 1876 désespoir - suicide et enterrement de Claude

 

Commentaire de l'étude tabulaire :

I - structure de L'Oeuvre

Le roman est divisé en 12 chapitres.

a) le schéma narratif

Les chapitres 1à 5 représentent les espoirs, l'idéal de Claude. Cette phase euphorique se termine avec l'échec de Plein air au Salon des Refusés.

Le chapitre 6 constitue une parenthèse. Claude, ulcéré par les critiques, fait retraite dans son nid d'amour à la campagne, à Bennecourt, en bordure de Seine. Après la période de "lune de miel", Claude finit par s'y ennuyer et rentre à Paris au bout de 3 ans.

Suivent 4 chapitres (7 à 10) et dix années de lutte avec des alternances d'espoir, d'enthousiasme, de découragement, de déceptions, d'échecs. La situation matérielle du ménage se dégrade. Le comble de la misère et du désespoir est atteint avec la mort du petit Jacques et l'échec de sa toile L'Enfant mort au Salon officiel de 1876.

Les deux derniers chapitres décrivent la descente aux enfers de Claude de plus en plus isolé, enfermé dans son monde proche de la folie. Cette période noire se termine par son suicide en novembre 1876.

b) le récit suit la chronologie des événements si on excepte l'analepse du chapitre 2 consacrée à l'enfance de Claude et de Pierre à Plassans.

Zola a adopté la technique du narrateur omniscient qui parfois annonce par anticipation la suite des événements.

c) le roman est rythmé par des scènes cycliques

Les 3 Jeudis chez Sandoz : chap. 3-7-11

Les Salons et en particulier le Salon des Refusés de 1763 et le Salon officiel de 1876

(voir études transversales)

 

II-les lieux

a) L'Oeuvre se déroule essentiellement à Paris. Claude (comme de nombreux peintres impressionnistes et comme Zola) est un "artiste flâneur amoureux de Paris". Les paysages urbains privilégiés et de nombreuses fois décrits dans le roman sont les quais de Seine, l'île de la Cité et l'île Saint Louis et également la butte Montmartre.

Le chapitre 2 évoquant l'enfance et la jeunesse de Pierre Sandoz, de Claude Lantier et de Dubuche, les trois amis inséparables se déroule en Provence à Plassans (Aix en Provence).

Enfin, après l'échec de Plein air, Claude "s'enfuit" à Bennecourt sur les bords de Seine, facilement accessible en chemin de fer. Cet endroit où Zola a lui-même séjourné est proche d'Argenteuil, de Vernon, de Giverny, lieux de séjour favoris de nombreux peintres impressionnistes en particulier de Claude Monet.

b)habitat

Claude Pierre
chambre sous les toits dans l'ile Saint Louis, rue de la Femme sans tête, près du quai Bourbon 4ème étage de la rue d'Enfer : petit logement, salle à manger, chambre à coucher étroite, cuisine
Bennecourt : une grande lanterne de maison qui semblait taillée dans un hangar ; en bas, une cuisine immense ; en haut, 2 pièces vastes ; devant la maison, le jardin planté d'abricotiers envahi de rosiers géants petit pavillon rue Nollet au fond des Batignolles ; petite maison de travail et d'espoir,vaste à côté des greniers de jeunesse, égayée déjà d'un commencement de bien être et de luxe
rue de Douai puis rue Tourlaque à Montmarte : un ancien séchoir de teinturier, une baraque de 15 m de long sur 10 de large dont les planches et le plâtre laissaient passer tous les vents rue de Londres, l'appartement prenait un grand luxe : le salon s'encombrait de vieux meubles, de vieilles tapisseries, de bibelots. Ils couraient ensemble les brocanteurs
déchéance - déclin - saleté réussite sociale - embourgeoisement - confort

 

III-le temps

Le roman ne comporte aucune date. Le lecteur doit se répérer d'après le seul événement historique évoqué : la création par l'empereur Napoléon III du Salon des Refusés en 1863. Par déduction, le livre commence donc en juillet 1862. Par la suite, le roman est rythmé par les Salons (périodicité annuelle). Mais il est assez difficile de suivre l'écoulement des années. Un autre repère est donné par l'âge de Jacques. Né en février 1864, il décède à 12 ans donc en 1876. Par conséquent le roman se déroule sur une période assez longue 14 ans et Claude se suicidera en 1876, à l'âge de 36 ans.

(Vincent Van Gogh se suicidera à 37 ans 1853-1890)

On peut s'étonner que le roman ne fasse aucune allusion aux événements historiques se déroulant das cette période. 1870 : guerre franco-prussienne, la Commune. Zola semble répondre à cette objection par cette remarque à propos des artistes : "cela n'allait point sans un immense mépris de ce qui n'était pas leur art, le mépris de la fortune, le mépris du monde, le mépris de la politique surtout."

Zola utilise le symbolisme assez simple des saisons :

- le roman commence en été sous le signe de l'orage, le coup de foudre de l'amour de Claude et de Christine

- il se termine, au cimetière, dans "la bise aigre de novembre"

- l'installation à Bennecourt dans le nid d'amour a lieu au printemps. Le déménagement pour Paris intervient en automne. Pour symboliser le bonheur de Claude à son arrivée à Bennecourt, Zola décrit le paysage au printemps. Le même paysage décrit en automne traduit l'ennui, les désillusions de Claude.

La consultation de l'étude tabulaire permet d'étudier le temps du romancier, les scènes développées comme les Salons, les sommaires comme l'enfance à Plassans ou les ellipses du chap. 9 se déroulant sur 7 années.

Plan de l'étude

Retour accueil lettres