Travail argumentatif : "J'accuse", à la manière de Zola.

 

J'accuse les politiciens de toutes les origines et de tous les partis de ne pas accomplir leurs devoirs et de les détourner.

En effet, citons les rivalités existantes entre les partis, la corruption ou encore les emplois fictifs (ex : les affaires de la Mairie de Paris et de la MNEF).

 

J'accuse les hauts responsables des gouvernements de laisser la possibilité, à certains partis racistes, antisémites, fascistes, d'exister, de se développer et d'exposer leurs idées malveillantes et malfaisantes, et cela presque en toute impunité.

Faut-il dénoncer les régimes fascistes et dictatoriaux d'Amérique du Sud, par exemple, qui bafouent les droits et les libertés des opposants, hommes et femmes confondus, en les torturant et les assassinant froidement, comme ce fut le cas au Chili, avec le dictateur Augusto Pinochet.

 

J'accuse la violence des groupes armés, comme l'E.T.A. (en Espagne), le F.L.N.C. (en Corse) ou l' I.R.A. (en Irlande), qui détruisent, menacent ou assassinent impunément pour des causes indépendantistes ou religieuses.

 

J'accuse les Etats qui exploitent l'énergie nucléaire.

Devons nous rester insensible face au problème du nucléaire sous prétexte que cette énergie est peu coûteuse. Faut-il la laisser irradier nos terres, nos mers et tuer de nombreuses personnes ? Malheureusement, cela s'est déjà produit avec le nuage radioactif qui s'est échappé de la centrale de Tchernobyl. Ou encore avec les sous-marins russes qui croupissent dans la mer Baltique par manque de moyens financiers, sans oublier les deux bombes nucléaires d'Hiroshima et Nagasaki qui firent des milliers de victimes pendant la seconde Guerre Mondiale et qui ont encore des effets sur la santé de nombreux japonais.

 

J'accuse les grandes puissances de ne pas engager d'action de déminage internationale, sous prétexte que c'est trop cher.
Combien d'hommes, de femmes et d'enfants devront être mutilés ou tués avant que l'on entreprenne d'éradiquer les mines anti-personnelles ?

 

J'accuse certains grands industriels d'exploiter sans scrupules la faune et la flore exceptionnelles de la forêt amazonienne, sans se soucier de l'avenir du ''poumon du monde''.

Pouvons nous accepter que certaines personnes déciment nos forêts et exterminent des races entières d'animaux comme le rhinocéros blanc du Congo ou encore l'âne sauvage d'Algérie ?

 

J'accuse de nombreux agriculteurs, qui à cause d'une surproduction et par souci de profits, se débarrassent délibérément de produits chimiques, en le déversant dans leurs champs, et cela sans se soucier de l'action néfaste exercée par les produits qu'ils contiennent sur les nappes phréatiques et sur les rivières.

 

J'accuse certains scientifiques et certaines grandes entreprises de distribution, de développer le commerce des O.G.M., sans se préoccuper des conséquences que ces produits risquent d'engendrer sur la santé des hommes qui les consomment, et sur l'environnement.

Faut il laisser produire, sans restrictions, des usines qui rejettent des gaz polluants, toxiques pour la population environnante ?

 

J'accuse l'industrie du tabac de vendre des cigarettes, sachant parfaitement que celles-ci peuvent provoquer et provoquent de nombreux cancers des poumons, de la langue, de la gorge, et bien que cette substance soit considérée comme une drogue dure, comme la cocaïne ou l'héroïne, elle est toujours en vente libre, à la portée de tous les mineurs.

 

J'accuse l'Etat de ne pas assez réprimander la vente de drogue tels que le haschisch, cocaïne ou les L.S.D., ainsi que la consommation d'alcool, car tout le monde sait que ces deux substances tuent chaque année des milliers de personnes, qu'ils soient victimes d'overdoses ou d'accidents de la route.

 

J'accuse les pays riches de ne pas suffisamment subvenir aux besoins médicaux des pays pauvres tels que l'Afrique ou l'Asie, qui ne peuvent que constater l'avancée déconcertante des épidémies comme la tuberculose ou le sida et des maladies comme le cancer.

 

J'accuse les autorités de ne pas suffisamment réagir face à la multiplication des réseaux pédophiles (ex : l'affaire Dutroux) liée entre autre aux nombreux sites Internet et à la vente de cassettes et de trop prendre à la légère les récidives dues au manque de thérapies et de contrôles psychologiques.

 

J'accuse le gouvernement de ne pas tenir ses engagements.

En effet, comment peut-on vivre dans une société aussi incertaine où règnent l'insécurité dans les cités HLM et l'exclusion, dans une société où le chômage et la précarité concernent près de 11% de la population française, où seules des associations peuvent venir en aide à ces ''exclus''.

 

Pourquoi des hommes et des femmes doivent-ils se battre chaque jour pour survivre…

Retour accueil lettres